Holà les génies,

J’ose être moi-même

Enfin, je peux te dire que sortir de l’attente est la meilleure chose qui m’est arrivée. Car ce chapitre de ma vie s’appelle je prends les choses en main. Je bouge avec la liste de mes objectifs en main et je veux des résultats concrets. Je vibre sur le concept de la possibilité. Tout est possible à celui qui croit.

Un monde infini de possibilités 

En trouvant mon pourquoi, je m’aligne sur mes rêves, sur ma mission. Ma vision s’élargit sur tout ce qui pourrait m’arriver de bien dans la vie. En d’autres termes, la créativité a un pouvoir magique, celui de vous donner la chance de participer au processus de la création. Qui dit créer, dit vivre. La créativité me permet d’avoir plus de confiance en moi, en mes projets. De plus, une chose en amène toujours une autre, j’ai découvert de nouveaux talents. Avant, je savais que j’aimais écrire et point. Maintenant, je fais la peinture, la couture, les dessins de mode.  Je prends beaucoup de plaisir à créer. Je me laisse aller, j’ose et je suis. Une fois arrivée à ce stade, je peux dire que je suis moi-même.

Les bienfaits de la créativité 

Alors que je fais mes recherches sur les bienfaits de la créativité, j’ai trouvé des écrits, des témoignages formidables. Des gens qui parlent de connexion, de libération, de vivre à fond. Ce que je sais aussi, c’est qu’on peut être créatif dans tous les domaines. Ce que j’aime le plus, c’est que cela nous permet de reconnecter avec notre âme d’enfant.

Créer c’est connecter à notre âme, c’est donner libre cours à notre imagination sans jugement. 

Une formation sur la créativité, la meilleur façon d’en savoir plus 

En approfondissant mes connaissances sur la psychologie de l’enfant  et sur la discipline positive, je me suis retrouvée avec une véritable passion. Car, mes observations sur le pays m’ont amené à la conclusion qu’il faut plus de gens créatifs dans le pays. Il est bon d’apprendre à lire et à écrire tôt, je n’en disconviens pas. Mais un enfant est débordé d’imagination, il faut lui donner de l’espace pour exprimer sa créativité. En effet, il serait même nécessaire de lui stimuler à créer. En tout cas, je ne me souviens pas avoir eu cette chance, je m’étais fait brimer pour mon imagination débordante et ma créativité trop poussée. Mais le résultat c’est que le pays ne produit pas, il faut imaginer pour créer et créer pour produire. Donc voilà pourquoi j’ai créer une formation là-dessus.

D’abord, ce que j’aime avec la connaissance, plus j’en sais, plus je veux en savoir plus. Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien. Une chose était claire, pour la première fois, je me sens aux commandes de ma vie. Du reste, cela m’a permis de connaitre mes minutes d’extase, mes journées de gloire. Pourtant, je venais de publier mon deuxième livre ‘’La petite fille qui voulait aller à l’école’’, mais je n’ai jamais eu autant de satisfactions en donnant mes formations.

La créativité prend du temps, mais on ne voit pas passer 

Oser être soi-même, c’est faire un pas après l’autre, c’est savoir prendre du temps pour laisser germer l’idée et croire que les portes vont s’ouvrir. Effectivement, quand j’ai commencé à travailler sur mes formations, je ne savais pas ou j’allais les donner. Je vis dans une banlieue de Montréal, j’ai laissé Haiti depuis presque 20 ans déjà et tous mes contacts en font de même. Mais, j’ai décidé de parler autour de moi, finalement  j’ai trouvé quelqu’un qui me propose de venir donner ma formation dans son école. J’étais ferme sur ma conviction. Malgré les commentaires désobligeants, comme cela ne marche pas, tu perds ton temps, les gens ne sont pas intéressés à ses choses là. Ce que j’aime le plus ce sont les haïtiens, qui parfois vivent dans le pays qui prennent plaisir à dénigrer leurs compatriotes comme ci eux sont des extra terrestres.

J’avais confiance en la vie et en moi-même 

Une chose que j’ai compris, si je ne fais rien, je ne saurais jamais comment les gens  vont réagir. J’y suis allée donner ma formation en Haiti au personnel enseignant du préscolaire et des jardins d’enfants. Ma popularité s’est faite toute seule. Je l’ai donné dans 4 villes. C’était merveilleux! Les gens ont participé, prennent plaisir à jouer comme des enfants. Je prends beaucoup de plaisir. Du coup, j’ai trouvé d’autres contrats, dont donner des conférences à la prestigieuse université Notre-Dame d’Haiti, j’en ai aussi donné aux Cayes et à Ouanaminthe. Je me sentais alignée à l’univers. Je n’avais pas peur de jugement ni de critiques et dire qu’est ce que les gens vont penser. Je faisais passer le message sans détour à ses gens qui ont eu juste une envie d’en savoir plus.

Alors tout ce que je peux dire c’est qu’en devenant responsable de ses actes et en devenant soi-même,  on prend conscience que vivre c’est avoir confiance, c’est faire ce dont pourquoi on est venu sur terre et c’est apprivoiser avec clarté son big why. Je l’ai fait et je suis sortie de l’attente. Et toi, entre temps as-tu trouvé ton why ou ton big why?

Tu veux en savoir plus,laisse ton adresse courriel et tu recevras mes articles dans ton infolettre.

Si tu veux en savoir plus sur mes ateliers et mes conférences, cliquez ici.

Avec amour

Wislene, la fille qui ose

C'est sympa de partager...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn