J’ai du vaincre le déni pour sortir de l’attente

Qu’est-ce que j’attends? En fait je me suis posée la question plusieurs fois, mais je n’arrivais pas à avancer. J’avais trop de chaines qui me retenaient. J’ai cru être victime de toutes les circonstances de la vie. Je suis noire née en Haïti sous une dictature féroce. Cette réponse était suffisante, mais il y a aussi le fait que je gardais les séquelles de l’esclavage précieusement,  sans compter mon éducation jonchée de croyances qui me limitaient.  Je suis née dans la classe moyenne, cela aussi est un fardeau, car les riches me repoussent, les pauvres me tirent vers le bas.  Le mot victime est écrit sur mon front, gravé en lettres d’or.  Je me morfonds, ma tête entre mes mains, attendant ce qui va m’enlever tous les fardeaux. Alors comme tout bon haïtien, je me mets à prier pour demander à Dieu de m’aider. Mais comment, il l’a déjà fait, il a donné sa vie pour que nous puissions avoir la vie éternelle. Alleluia! Alleluia! Allellellouia!

J’ai eu mon miracle 

Je sais exactement ce que je veux, mon pourquoi était faire la différence dans mon pays. Peut-être c’est allé trop loin en disant que je veux le changer.

 »Je sais que ce n’est pas ma faute mais c’est ma responsabilité de vouloir prendre ma vie en main »

J’en ai bavé, crois moi.  Chaque fois que j’interviens pour dire aux gens que nous pouvons prendre le dessus, tous ses beaux gens croient qu’ils ne peuvent rien. Le pays est foutu, que puis-je faire? Dit la seule personne qui pourrait croire que peut-être que nous sommes des victimes complaisants.

C’est là que je me suis dit, je dois faire revivre mon big Why et cette fois ci , je vais faire comme Simon Sinek l’a dit, je vais m’intéresser au pourquoi avant de chercher le comment et le quoi.  Voilà le modèle de leadership qui m’a poussé à vouloir inspirer les génies du pays.

Tout est sur la table

  • Ma passion d’écrire et de créer
  • Mon amour pour les enfants et les jeunes
  • Ma vie d’entrepreneure

Parfois, il m’arrive de faire des bons coups. En 2017, je me suis inscrite à l’Académie Zéro limite, parce que je voulais moner des formations sur mes expériences et aussi donner des conférences, puisque j’étais déjà auteure. Rien n’est perdu, tout se transforme, alors en clarifiant mes idées, j’arrive à la conclusion que je peux faire la différence dans mon pays en donnant des formations. Ce qui ne sera pas facile, je te dirais pourquoi plus tard. Mais entre temps j’ai visé les enfants.

Pourquoi les enfants?

Ce sont les vraies victimes. Ils ont besoin de développement. Mais comment un parent peut aider un enfant à se développer s’il vit dans le sous-développement,  s’il n’utilise pas son imagination, s’il ne crée pas. Comment un enfant peut se développer, s’il n’a pas de structures, s’il n’est pas stable dans sa communauté et s’il vit dans le chaos au quotidien et tant d’autres choses encore. Alors, en tant qu’éducatrice et en tant que mère, je sais bien que les enfants doivent utiliser leur créativité, leur imagination  pour libérer leur potentiel. Nous avons besoin des gens qui créent, qui innovent, qui produisent dans le pays.  Le futur doit être créé par nous, même si nous allons le découvrir au fur et à mesure. Mais changer prend du temps. Donner une chance aux enfants d’avoir un meilleur avenir.

Eureka, je l’ai trouvé

L’année 2018 a été l’une des plus fructueuses de toute ma vie. J’ai crée ma formation pour les enseignants des écoles préscolaires et kindergarden, j’en ai formé au total une cinquantaine de personnes  dans quatre villes différentes et c’était hallucinant. J’ai donné plus d’une dizaine de conférences au Québec et en Haiti. C’est parti? En plus de savoir que je suis bonne. Je ne veux pas péter mes bretelles, mais quatre mois plus tard  en retournant au pays, beaucoup de gens viennent me voir pour me dire en guise de témoignage, que l’année scolaire à été plus facile parce que les enfants vivent dans un régime souple. Dans un article sur mes formations, je vous raconterai en détail mes trouvailles, mes expériences sur les enfants. Mais cela ne fait que commencer, car en laissant la salle d’attente, j’ose être moi-même sans détour, ni artifice. Si tu continues à me suivre, je vais te dire qu’est ce que cela a donné.

Vous voulez en savoir plus sur mes cours sur la créativité, cliquez ici.

C'est sympa de partager...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn